Le personnal shopper : data compliqué pour achats simplifiés ?

Ce n’est plus un mythe. Si le personnal shopper, ou styliste personnel était considéré il y a quelques années comme le nec plus ultra du service à la personne, il s’est aujourd’hui… uberisé. Résultat ? Profiter de nouveaux modes d’achats ultra personnalisés est enfin à la portée de tout le monde.

L’achat assisté, la nouvelle manne

Avril 2019, la nouvelle tombe. 61 % des consommateurs effectuent désormais un achat en ligne au moins une fois par mois. Ce qui signifie par analogie moins de passages en magasin. La motivation est simple : un prix amorti lors d’un achat virtuel et un temps d’attente en caisse inexistant.

En août dernier, Amazon se lançait dans l’aventure aux Etats-Unis. Une sélection de vêtements chaque mois, choisis en fonction de votre budget et de vos goûts, pour un style qui vous ressemble : ça fait rêver non ? Pour la modique somme de 4,99 dollars par mois, vous souscrivez à « Prime Wardrobe », la version Amazon Prime du shopping. Concrètement, vous répondez à un questionnaire sur vos goûts en ligne, pour vous constituer une sorte de CV de mode. Ce dernier récapitule votre profil, votre taille ou encore vos couleurs préférées. Ensuite, vous recevez directement chez vous une box et vous essayez tranquillement vos articles. Le deal? Vous gardez ceux qui vous plaisent et vous renvoyez ceux qui ne vous plaisent pas.

Le géant n’est pas le seul cas de figure, bien au contraire, il s’aligne à une tendance déjà largement rôdée, celle de la box à domicile. Après MyLittleParis, Birchbox, GourmetBox ou encore Gambettes Box, pas de doute sur un succès déjà bien au rendez-vous. Lookiero ou Outfittery (anciennement Box31) proposent eux aussi le même système, à savoir, de faire son shopping bien au chaud et sans lever le petit doigt. C’est ce qu’on appelle plus communément le curated shopping, c’est-à-dire de l’achat assisté en ligne.

Agile, le relooking à domicile 

Pourquoi ça marche ? Parce qu’on n’a pas toujours le temps de faire les magasins, parce qu’on n’a pas vraiment confiance en ses goûts, ou parce qu’on n’aime pas la foule du samedi après-midi. Si vous avez déjà utilisé ce principe de box, vous savez aussi que c’est chaque mois une petite excitation de découvrir les nouveaux produits qu’on a choisi pour vous. Vous vous sentez privilégié, choyé et en plus, vous évitez le fashion faux pas. Aujourd’hui, le consommateur est exigeant. Il veut maîtriser ses dépenses, acheter plus éthique et surtout ne pas se sentir oppressé. La suggestion d’achat qu’offre la box à domicile en est la parade idéale. Comment rendre un article qu’on aime, qui est déjà chez nous, et qu’on a déjà essayé ? Du coup, tous les secteurs s’y mettent, jusqu’à celui de l’édition qui propose des curateurs de bibliothèques. L’idée : avoir une bibliothèque instagrammable, de belles références culturelles et du like. En gros, on demande le beurre, l’argent du beurre et la crémière sans sortir de son salon.

L’IA, le nerf de la guerre

 Tout ceci est rendu possible grâce à l’essor d’internet, qui décloisonne la conception du personnal shopper pour la démocratiser. Et à la barre, l’IA, qui affine sa connaissance de vos préférences au fur et à mesure de l’utilisation du service en question.  Par IA, entendons plusieurs nouvelles techniques qui attirent et fidélisent le client jusqu’à l’achat. Le chatbot par exemple, simule une conversation personnalisée avec le client et le guide jusqu’au passage à l’acte, ce moment jouissif ou l’on décide de s’offrir un panier parfois bien rempli. Déjà utilisé par 28% d’acheteurs, le chatbot représente une alternative intelligente, bien que partielle au personnal shopper humain.

Derrière ce dernier ne se cache pas toujours un vrai styliste. Il s’agit plutôt, dans un premier temps, d’algorithmes de prévision : une technologie coûteuse qui nécessite des millions d’Euros en développement. C’est ce qu’affirmait, après une levée de 19 millions de dollars, le président de Lookiero, Oier Urrutia. Au-delà du choix et du conseil du vêtement, l’entreprise développe une « technologie innovante capable d’estimer la probabilité qu’un utilisateur décide de conserver des vêtements reçus après avoir analysé les interactions de milliers de clients au profil similaire. Ces algorithmes de recommandation aident les particuliers à affiner leur sélection parmi plus de 150 marques européennes et à améliorer continuellement la précision de leurs prochaines livraisons. » Au-delà de cette tech, la licorne espagnole développe tout un tas d’applications dans la logistique, l’entreposage ou encore l’exploitation, pour soutenir son essor fulgurant eu Europe.

Une petite entreprise donc, qui n’est pas prête de connaître la crise.

L’œil de l’expert avec Caroline Lepeltier, Experte In-Store Activation chez TechSell Group

Les nouveaux comportements d’achat et les bouleversements technologiques font du personnal shopper, un enjeu majeur pour tout acteur du retail : du Primark, à la boutique de luxe, l’ultra-personnalisation est indispensable pour attirer, convaincre et fidéliser ses clients. Bien que le principe de livraison de box à domicile soit « déjà vu », Amazon propose un concept disruptif, à la hauteur de sa nomination au sein des « GAFAM ». Mais mon engouement se tourne particulièrement autour des chatbot, probablement suite à une expérience personnelle : la réservation de mes dernières vacances s’est entièrement effectuée par le biais de cette intelligence artificielle, où en seulement quelques clics, mon billet d’avion, hôtel et destination étaient réservés en respectant mon budget établi. Un réel gain de temps à la hauteur de mes espérances, qui m’a donné envie de réitérer l’expérience sur d’autres sites Internet.

You May Also Like

Le clienteling : mieux qu’un ami, un client

Tediber, l’incroyable ascension

SUPREME

SUPREME, le génie du drive to store

Le parcours shopper des 15-25 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *