Quand les pop-up stores dopent le retail

Les pop-up stores sont des magasins éphémères, qui apparaissent puis disparaissent après quelques jours ou mois d’existence. Les occasions d’en créer sont nombreuses, de la célébration d’un anniversaire, à la vente de produits saisonniers/lancement d’une nouveauté, ou pour tester le bien fondé d’un quartier. A chaque fois c’est un événement, qui casse les codes du retail et fait vivre une expérience unique et personnalisée.

Qui utilise les pop-up stores ?

Les industries qui utilisent le plus les pop-up sont les agences événementielles et la mode, puis le B2C, les divertissements-médias et la santé-beauté. Intéressant de voir que 40% d’entre eux ont pourtant déjà des boutiques physiques ; 32% vient du e-commerce et 28% sont présents sur les 2 formats.

Le pop-up store, avant tout un effet waouh

L’étude menée conjointement par Storefront et l’Université de Caroline du Sud auprès de 600 entreprises retail sur l’utilisation de boutiques éphémères montre que l’objectif premier est d’offrir une expérience client https://comarketing-news.fr/le-pop-up-store-ou-le-renouveau-du-retail/. 

Pourquoi faire un pop-up ? D’abord pour créer du buzz, pour 2/3 des entreprises : renforcer la notoriété, rencontrer un nouveau public et interagir avec les clients pour favoriser leur fidélité à la marque. Pour 63%, il s’agit de tisser des liens personnels et confiants avec ses clients.

Et cela fonctionne !

Et à la clé, un supplément d’engagement

Le tiercé gagnant après un pop-up ? Gain de notoriété, de ventes, et d’engagement sur les réseaux sociaux.

Même si elle arrive après la quête de visibilité, celle du chiffre d’affaires reste bien sûr une motivation :  le pop-up développe de toute évidence le capital sympathie de la marque

On utilise d’ailleurs ces paramètres pour mesurer son succès: engagement sur les réseaux sociaux, augmentation du trafic du site web et couverture médiatique.

 

A Paris, Samsung a ouvert son showroom expérientiel sur les Champs Elysées. Il n’y a rien à vendre mais on y fait le plein d’expériences mémorables.

 

Le luxe est aussi très friand des pop-up qui leur permettent de développer leur créativité, d’offrir une expérience sur mesure, et de tester de nouveaux emplacements.

C’est devenu une tradition depuis 2010 : Chanel ouvre tous les étés une boutique éphémère à Saint-Tropez. Une opportunité pour offrir à sa clientèle un espace unique.

Pop-up store CHANEL à Saint-Tropez

DIOR vient d’ouvrir également à Mykonos, depuis le moi de mai, un pop-up store couture, gorgé de soleil, qui sera assurément le hot spot mode de l’été.

Pop-up store DIOR à Mykonos

 

Souple, sans risque, avec un buzz maximum

Sans les contraintes d’un bail commercial (stock important et chiffre d’affaires impératif), le rapport coûts /avantages du pop-up store est exceptionnel. L’étude dévoile les montants dépensés pour l’espace :

-moins de 5000$ dans près de la moitié des cas (44%)

-entre 5 et 10 000$ pour 16,7% des cas,

-10 à 25 000$ pour 20%

-plus de 25 000$ dans 19% des cas.

Ainsi pour moins de 10 000$ (60% des pop-up), une marque crée sa communauté de clients, leur offre une expérience unique, teste un lieu, véhicule son histoire de façon événementielle, en plus de vendre des produits. Qui dit mieux ?

Vous avez un projet d’ouverture de pop-up store ? Des experts sont à vos côtés ! TechSell Group vous offre une approche 360° pour piloter vos projets Retail au travers de l’externalisation. Contactez-nous :

Sophie Haemmerlé, Directrice du Développement commercial : 06 34 07 09 22

Julien Da Silva Rosa, Expert Corner & Events : 06 03 62 10 53

 

You May Also Like

SUPREME

SUPREME, le génie du drive to store

Le parcours shopper des 15-25 ans

STORE CHECK Saint Laurent Rive Droite : au-delà de la Mode

Digital Native Vertical Brands

Les DNVB : la fin du retail classique et des marques top down ? (3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *