2015 : année charnière pour les objets connectés ? 1


Le 4 février, le cabinet GfK livrait un bilan anxiogène du marché des biens techniques en France. Atteignant un chiffre d’affaires de 15,1 milliards d’euros, il se situe en baisse de 2,5 % par rapport à l’année précédente : un léger recul qui ne masque toutefois pas les belles perspectives attendues pour l’année 2015. Les objets connectés figurent en bonne place parmi celles-ci.

 

2 MILLIARDS D’OBJETS CONNECTÉS VENDUS D’ICI 2020 ?

Dans son rapport, GfK pointe notamment les secteurs de la photo et de l’informatique, dont les difficultés font reculer le marché des biens techniques, malgré la forme éclatante de la téléphonie ou celle, plus nuancée, de l’électronique grand public. Le cabinet d’audit souligne néanmoins la volonté de l’industrie de puiser de nouvelles ressources au sein des nouveaux marchés connectés. N’en finissant plus de s’étoffer, les objets connectés touchent désormais à la quasi-totalité des secteurs du quotidien : maison, équipement, santé, voiture… Et représentent une perspective incontestable de rebond pour l’année 2015. GfK estime que d’ici 2020, il se trouvera « plus de 30 objets connectés par foyer en France », et qu’il devrait se vendre d’ici là « 2 milliards d’objets connectés » dans le pays.

QU’ATTENDRE DE 2015 CHEZ LES OBJETS CONNECTÉS ?

Si 2015 devrait constituer une année charnière pour les objets connectés en général, des tendances semblent se dégager. La plus nette d’entre elles concerne les produits « wearable », autrement dit les vêtements et accessoires connectés : montres, lunettes voire vêtements. Une étude du cabinet Forrester parue en décembre 2014 affirmait que 45 % des Américains et 32 % des Européens envisageait l’achat d’un tel produit. Il s’agit, selon cette même étude, d’une demande « bien plus forte qu’anticipée, surtout au sein d’un marché qui n’a démarré réellement qu’il y a deux ans ». Quel serait l’intérêt premier des « wearable » pour le consommateur ? Se détacher de son smartphone, objet tout puissant et hautement addictif (on regarderait l’écran de son téléphone en moyenne 221 fois par jour…) et se diriger vers des produits plus spécifiques.

LES OBJETS CONNECTÉS : STAR DU CES 2015

Ça n’a échappé à personne : durant le mois de janvier s’est tenu à Las Vegas le CES. Profusion d’annonces, de nouveautés et de petites révolutions, le salon a fait la part belle aux objets connectés. Pas d’effet « Waouh » selon les observateurs, mais l’abondance de produits et la forte concurrence ont tout de même largement satisfait les visiteurs. Si les stars étaient incontestablement les montres, dont la grande nouveauté fut le soin apporté au design, d’autres objets ont suscité une curiosité certaine.

OC01Produit de la gamme iWallet

On retiendra ainsi les produits de l’entreprise américaine iWallet : une gamme proposant au consommateur de placer ses documents personnels (passeport, permis de conduire, carte bancaire, Vitale…) sous protection. Les boitiers protégeant les précieux documents se veulent résistants et sont équipés d’une puce Bluetooth permettant de recevoir sur son smartphone une alerte dans le cas où l’iWallet s’éloigne à plus de cinq mètres.

OC02Le D-Shirt de Cityzen Sciences

Déjà récompensés d’un prix de l’innovation en 2014, les Français de Cityzen Sciences, spécialisés dans le vêtement connecté, se sont à nouveau distingués avec l’évolution de D-shirt, leur t-shirt de sport intelligent constitué d’une multitude de mini capteurs permettant de réunir et d’envoyer au joggeur une foule d’informations comme son rythme cardiaque, sa vitesse, sa localisation, l’altitude ou encore la température. Dans le même ordre d’idées, la société française Glagla propose des chaussures connectées indiquant à son porteur ses performances, le nombre de calories brûlées, etc…

OC03Glagla, la chaussure connectée

Il existe encore des dizaines d’exemples d’objets connectés ayant été présentés au CES 2015 : une pédale de vélo intelligente, une ceinture qui s’ajuste à votre tour de taille que vous soyez assis ou debout (ou que vous ayez dégusté un bon repas), une caméra de surveillance intelligente pour les anxieux, ou encore une abondance d’objets de puériculture pour entourer bébé et/ou rassurer les parents inquiets.

Les objets connectés connaissent donc une période de très forte croissance et d’inventivité. Les défis ne manquent pas : se distinguer de la multitude de produits et conserver une certaine cohérence (quelques observateurs ont commencé à s’agacer de l’apparition d’objets connectés dont ils cherchent encore l’utilité). La révolution des objets connectés n’en est qu’à ses débuts mais a démarré 2015 avec appétit.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “2015 : année charnière pour les objets connectés ?

  • DSC

    merci pour ce petit topo sur les objets connectés qui tardent encore à se démocratiser dans tous les foyers. sans doute aussi une question de moyen. j’en ai fait l’expérience avec ma serrure connectée.