Vis ma vie de démonstrateur avec Julien Talabardon


Chaque année depuis cinq ans, Julien Talabardon, Training Lead chez Techsell, rejoint et encadre la dream team des démonstrateurs de Sony au Salon de la Photo à Paris. Un marathon de cinq jours riche en émotions partagées avec un public de passionnés, mais aussi en échanges avec les équipes de Sony France. Retour d’expérience.

salon-de-la-photo-2016-dsc09895

Que représente pour vous le Salon de la Photo et quel est l’enjeu pour Techsell ?

C’est un bonheur à chaque fois, sur le plan humain comme sur le plan professionnel. Je retrouve des animateurs avec lesquels j’ai tissé des liens. Ensemble, on forme une fine équipe, la cohésion et les affinités sont fortes. Le Salon de la Photo est riche d’enseignements, notamment en matière de traitement des objections : les visiteurs cultivent des tonnes de questions sur les produits et viennent au Salon pour avoir des réponses !

Cet événement est aussi l’occasion d’échanger et de travailler avec la formatrice de Sony France, Sylvie Cackel, d’une qualité exceptionnelle, riche d’une longue expérience aux côtés de Sony France, et de voir les autres équipes de Sony : les formateurs terrain, les équipes marketing, communication….

On espère pouvoir développer plus avant cette belle collaboration, qui dure depuis cinq ans. Notre position sur le Salon n’a jamais été remise en question par la marque, c’est une vraie satisfaction.

Une journée de A à Z au Salon de la Photo, pour vous ça se passe comment ?

Les journées sont très intenses. Sur le pied de guerre une demi-heure avant l’ouverture, j’enfile rapidement ma tenue de démonstrateur Sony et je rejoins le bar à optiques, qui mobilise non-stop 3 à 4 démonstrateurs.

C’est un endroit clé du stand : les visiteurs peuvent y tester les optiques et les boîtiers en accès libre. On remet les appareils et les optiques à leur place et on les nettoie. Tout doit être impeccable.

En tant que chef d’équipe d’une vingtaine d’animateurs, je m’assure que tout le monde est là. Le temps de faire un point rapide avec chacun et c’est le top départ. On passe 7 à 9 heures debout et chaque membre de l’équipe affiche au compteur quelque 90 contacts par jour, voire davantage.

Ereintant mais passionnant !Je déjeune en queue de peloton vers 17h30. Après la fermeture, on se retrouve autour d’un verre ou pour dîner et on relâche un peu la pression. On a tous envie de prolonger l’expérience et de se voir pour discuter du salon et de nos vies !

Les défis / challenges à relever ?

Sur le bar à optique, les appareils et les optiques ne sont pas sécurisés. C’est  une vraie gageure. Un instant de distraction peut avoir des conséquences dramatiques et il faut avoir l’oeil partout.

Nous sommes obligés de ne traiter qu’un visiteur à la fois. Cette contrainte peut générer de la frustration chez eux. Il faut savoir gérer ça et apaiser les situations de tension qui surviennent parfois.

L’autre challenge est de satisfaire tous les visiteurs. L’objectif est de passer le temps nécessaire mais suffisant avec chacun d’eux. Pas facile quand ils déferlent ou quand la passion s’en mêle : il y a toujours des rencontres plus belles que d’autres, qui nous donnent envie de disserter et de partager des émotions avec le client. Mais le temps est limité. La frustration est alors des deux côtés, mais c’est le jeu.

Des moments forts et anecdotes à raconter ?

Ce n’est pas ça qui manque ! Un visiteur est arrivé sur le stand avec une optique qui appartenait à son grand-père, retrouvée dans un grenier. Il voulait l’essayer avec le boîtier Alpha 7R II, mais il n’existe aucune bague d’adaptation. Il en a bricolé une lui-même… Deux univers se rencontraient : une optique manuelle des années 50 utilisée notamment par Doisneau et le boîtier phare de Sony, avec son ingénierie électronique moderne ultra-performante. Un moment d’émerveillement.

Une autre anecdote : un client a apporté une nouvelle bague de la marque chinoise Techart, un petit bijou qui transforme les objectifs manuels en monture Leica-M en objectifs autofocus. Une sacrée découverte ! L’équipe marketing de Carl Zeiss n’a pas hésité à nous prêter des optiques pour faire des tests. C’était fabuleux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>