Vis ma vie d’animatrice commerciale avec Sophie Haemmerle


Être démonstratrice sur un pôle d’animation dédié à la French Tech chez Boulanger, créer du lien avec les vendeurs sur place, revoir le merchandising : même pas peur ! Lors de sa journée en immersion, Sophie, notre responsable BizDev a joué son rôle à fond pour le meilleur et seulement le meilleur.

Demo Days French Tech

1 pôle d’animation, 10 marques

Ce n’est pas la 1ère fois que Sophie va sur le terrain…et elle adore se frotter au terrain ! Récemment, Sophie a de nouveau accepté de jouer ce rôle à l’occasion du « Noël de la French Tech  », un grand événement auquel participent près de 200 start-ups ! Certaines ont souhaité avoir une présence « in-store » et des distributeurs ont joué le jeu en leur offrant un espace d’exposition dans leur magasin. C’est le cas de Boulanger, à deux pas du centre commercial Beaugrenelle Paris, qui a mis à disposition de 10 marques un stand à l’entrée de son magasin. « On a décidé d’accompagner cette présence terrain qui comprenait de beaux challenges, » précise Sophie. Son rôle ? Faire vivre les 10 marques présentes sur cet espace et évangéliser les consommateurs autour de la French Tech. « Qu’est ce que la French Tech ? », « Que signifie acheter Français ? » « Qu’apportent ces start-ups ? » Autant de questions qui intriguent et intéressent les consommateurs. Noël de la French Tech

La clé du succès ? La formation

Hors de question de se jeter à l’eau sans être formée ! Sophie a suivi une formation incluant plusieurs volets. Tout d’abord la French Tech : comprendre ce qu’elle est, ses enjeux, ses points de différenciation. Puis les produits eux-mêmes. « Chaque start-up a présenté son produit et il a donc fallu comprendre les avantages et bénéfices de chacun (un réveil olfactif, un sac à dos qui recharge les appareils, une tablette créative…) pour mieux les présenter aux clients », explique Sophie. La formation n’aurait pas été complète sans un volet concernant les techniques de ventes et la bonne manière d’aborder un client. « Il ne faut pas inonder le client avec tous les produits. Il faut donc comprendre qui l’on a en face de soi pour être en mesure de lui proposer ce qui lui correspond le mieux », poursuit-elle. L’occasion aussi de reprendre les bases d’une approche client réussie. « De façon naturelle on pose des questions fermées, on utilise des formulations qui empêchent toute forme de discussion sans s’en rendre compte, note Sophie. « Je me suis donc entrainée à revoir mon discours pour bien aborder les clients, ». Et ça a marché ! Sophie a en effet conclu plusieurs ventes. « C’est très satisfaisant de faire une vente ! On se dit qu’on a réussi à comprendre le besoin du consommateur et à lui apporter une réponse appropriée ! », s’exclame-t-elle !   Noël de la French Tech

Créer du lien 

Justement, la relation client, c’est ce qui plait beaucoup à Sophie. Elle a beaucoup aimé sensibiliser les consommateurs à la French Tech  : « J’ai pu constater qu’il y avait un vrai engouement autour de ce sujet. Les gens posaient des questions, il y avait un bel échange entre nous, c’était vraiment intéressant ». Dans les moments un peu plus creux, Sophie ne reste pas à attendre le potentiel client. Elle s’échappe de son pôle d’animation et en profite pour aller parler aux vendeurs. Un bon moyen de créer du lien avec eux et leur transmettre de l’informations sur les marques et leurs produits. La formation des vendeurs est un enjeu capital pour améliorer le taux de recommandation d’une marque. Mais elle ne s’arrête pas là ! Elle en profite aussi pour refaire un peu de merchandising. La bonne visibilité des produits fait aussi partie des critères essentiels de réussite d’une opération. A la fin de cette journée bien remplie, Sophie repart avec des idées plein la tête.  « Pour développer le new biz, il faut garder le contact du terrain, cela permet de vivre les problématiques du distributeur et du shopper », note t-elle. « Je me rends compte de beaucoup de choses et cela me permet d’enrichir mon discours auprès des mes clients ou de mes prospects. Je peux ainsi être force de propositions » poursuit-elle. Être au contact de différentes start-ups de la French Tech lui a en effet donné l’idée de proposer une offre dédiée à ces petites entreprises… Affaire à suivre !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *