5 questions à Mickael DURAND, Directeur Marketing & Communication [Improveeze] 1


  • Qui es-tu?

Bonjour, je veille, je tweete, je blogue et je m’occupe principalement de toute la stratégie de communication digitale d’Improveeze. Je suis notamment aux manettes du blog Connected Store que nous avons créé depuis maintenant 3 ans et qui, comme son nom l’indique, traite du sujet des magasins connectés…


  • Peux-tu nous expliquer en quoi consiste ton métier, ton savoir-faire ?

Improveeze est une société spécialisée dans ce que nous appelons désormais le « Phygital » (contraction des mots PHYsiques et diGITAL) et notamment dans le « Phygital Commerce« . N’étant ni une agence digitale, ni une SSII, ni un constructeur de bornes, nous utilisons le terme de Phygital pour nous qualifier car c’est celui qui définit le mieux notre expertise. Une expertise qui est résolument nouvelle car elle consiste à proposer des solutions permettant d’exploiter de façon utile, fiable et « magique » les atouts du monde digital dans les lieux physiques, et ce, principalement dans un objectif d’optimisation de la performance commerciale.

  • Quelles sont les contraintes que tu rencontres sur les points de vente ?

En ce qui nous concerne, les principales contraintes que nous rencontrons ne sont pas en point de vente, mais bien avant. En effet, bien qu’aujourd’hui tout le monde, ou presque, ne cesse de vanter les bénéfices des solutions de Phygital Commerce pour augmenter les ventes en magasin, améliorer la relation client et l’expérience client, bien peu d’entre elles sont aujourd’hui prêtes a s’investir comme il se doit dans ce type de projet. Derrière certains beaux discours se cachent malheureusement encore trop de vieux réflexes, de raccourcis dangereux ou encore de mauvais préjugés..

Bien trop souvent encore, à partir du moment où les enseignes commencent à parler d’intégrer le digital en magasin, leur premier réflexe se porte alors d’abord sur le choix du matériel (tablettes, bornes, murs interactifs, …) et sur le choix de la technologie logicielle qu’elles vont utiliser (Android, iOS, HTML5, Windows Embedded,…). De ce fait, la technologie qui ne devrait être qu’un moyen d’améliorer la performance commerciale de leurs vendeurs et de leurs magasins, se transforme en une finalité, un objectif en soit. Dès lors, dès le début du projet elles se créent elles même des contraintes qui vont complexifier sa réalisation et limiter son potentiel en terme de performance commerciale. Bref, comme on dit en langage courant, beaucoup ont encore tendance à « mettre la charrue avant les boeufs ».

  • Quelles sont, pour toi, les grandes tendances 2014 ? Qu’attendent les marques de ce type d’offre ?

Selon ma boule de crystal interactive et connectée, je dirais que la grande tendance 2014 sera que les enseignes vont massivement faire appel à Improveeze pour leurs projets de phygital commerce 😉 . Plus sérieusement, on peut remarquer que dans toutes les conférences ou tout autre endroit où l’on évoque le sujets du magasin connecté on en revient toujours à parler du rôle primordial du vendeur. Je dirais donc tout simplement que 2014 sera probablement l’année du vendeur connecté ! Dès la création d’Improveeze, nous savions que l’implication des vendeurs était l’un des facteurs clé de succès d’un projet d’intégration du digital, et notamment du e-commerce, en magasin. Notre première réalisation pour l’enseigne Milonga venait d’ailleurs justement d’une demande des vendeurs qui souhaitaient disposer d’un dispositif plus séduisant, plus convivial et plus facile d’utilisation que les PC qu’ils avaient à disposition pour consulter leur site internet et répondre aux questions de leurs clients.

Aussi, alors que l’iPad venait à peine d’être lancé (en 2010), ces derniers nous avaient confié qu’ils préféraient avoir accès à des écrans connectés disposés de façon fixe à plusieurs endroits du magasin plutôt que d’avoir à gérer la responsabilité d’une tablette vendeur. Un peu plus de 3 ans plus tard, il est cependant clair que les marques attendent de nous que nous puissions leur proposer aussi bien des solutions phygitales sur des écrans interactifs fixes que sur des tablettes tactiles – sous entendu mobiles-. Or, comme je l’ai expliqué précédemment, à partir du moment où les objectifs de performance commerciale recherchés par l’enseigne impliquent véritablement que l’on doivent leur proposer une solution sur écran mobile, en 2014, cela ne nous pose aucun problème sur le plan technologique.

  • Quel est le dispositif dont tu es le plus fier?

Sublimeeze : vitrine interactive intelligente par Improveeze

Difficile à dire car je suis plutôt fier de tout ce qu’Improveezea pu faire jusqu’à aujourd’hui. Après, il est clair que j’ai une affection particulière pour le Sublimeeze. Ce dernier, qui est notre premier véritable dispositif phygital tout-en-un, est destiné à sublimer la présentation de produits en lieux physiques grâce à la magie et la richesse de leur univers digital. Avec son écran transparent tactile MultiTouch, son système de détection intelligente d’objet, l’intuitivité et la fluidité de son interface tactile ainsi que sa connectivité au web et à notre système de back office à distance, il s’agit d’un dispositif unique en son genre (et qui fait d’ailleurs l’objet d’un brevet). Du coup, difficile de ne pas ressentir effectivement une certaine fierté particulière vis à vis du Sublimeeze.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “5 questions à Mickael DURAND, Directeur Marketing & Communication [Improveeze]

  • Frederic Cerri Moro

    Lorsque j’ai demandé au patron d’un magasin Darty si il était envisageable d’installer des tablettes sous la responsabilité des vendeurs pour mieux renseigner et servir les clients, il a froncé les sourcils et n’était as content (réflexe d’une génération non habituée). Aujourd’hui, il y a tout de même un ordinateur pour consulter les modèles de produits (aussi ceux non disponibles en magasin, sur commande). Mais toujours pas de tablette.
    Il me semble que ce genre d’outil peut, sous controle des vendeurs, aider à servir et conforter plus rapidement les clients dans leur décision d’achat, et donc, augmenter le volume de vente, surtout en période de baisse des effectifs.